La Première fondation du savoir

Notre histoire

On ne peut pas mesurer la valeur de l'éducation que par l'argent. Bien qu'elles aient un prix, les études postsecondaires ne doivent pas être vues comme un coût, mais plutôt comme un investissement, celui qui procure une multitude de débouchés pour une carrière enrichissante.

C'est ce en quoi ont cru un groupe de personnes inspirées lorsqu'elles ont fondé La Première fondation du savoir il y a plus de 50 ans. Elles savaient de leur propre expérience que les études jouaient un rôle important dans leur vie. Elles ont également reconnu qu'une jeunesse instruite pouvait jouer un rôle déterminant dans la vie de notre pays. Aujourd'hui, La Première fondation du savoir continue à commanditer et à promouvoir le Régime PremFlex, le Régime Familial collectif et le Régime Familial pour un seul étudiant.

« Réinvestir » dans les étudiants

La Première fondation du savoir a été constituée en société au niveau fédéral en 1990, sans capital actions. La Fondation n'a pas d'actionnaires et peut donc réinvestir ses revenus nets dans des initiatives de soutien aux étudiants comme :

  • Les compléments au Paiement d’aide aux études pour les bénéficiaires étudiants : un des moyens clés pour la Fondation d'offrir une valeur à nos clients et nos étudiants consiste à s'appuyer sur les revenus nets disponibles afin de compléter leurs paiements aux étudiants. À ce jour, la Fondation a bonifié les PAE de près de 50 millions de dollars.
  • Les bourses d’études : pour les étudiants qui poursuivent des études supérieures, la perspective de s'endetter peut être un véritable obstacle. La Fondation a bien conscience de ce défi et offre des bourses d'études supérieures aux étudiants qui ont bénéficié des REEE de La Première financière du savoir. À ce jour, plus de 1,5 million de dollars ont été attribués aux étudiants en reconnaissance de leur réussite scolaire exceptionnelle et leur apport à la communauté.

La Fondation s'engage à encourager la poursuite d'études postsecondaires en commanditant et en promouvant des régimes d'épargne-études. Les compléments aux Paiements d'aide aux études et le financement des initiatives comme les bourses d'études sont discrétionnaires. Chaque année, la Fondation examine soigneusement les facteurs comme les rendements financiers, le nombre de bénéficiaires étudiants qui reçoivent un PAE et les besoins stratégiques de l'entreprise, ceci afin de déterminer si elle va ou pas faire un paiement, et le montant de ce paiement. Ces fonds discrétionnaires permettent à la Fondation de respecter davantage son engagement à appuyer les étudiants.