Surmonter les hauts et les bas de l’adolescence

Surmonter les hauts et les bas de l’adolescence

En ce moment même, le monde entier tente toujours de lutter contre une pandémie. Votre ado ou pré-ado pendant ce temps est peut-être, en plus, en train de passer par des changements physiques et émotionnels. Son monde tel qu’il le connaît, est totalement imprévisible. Même si les transformations sont invisibles, il peut être confronté aux difficultés intrinsèques à l’adolescence. À mesure qu’il explore différentes identités, votre enfant peut commencer à prendre ses distances avec vous, tandis que ses amis prennent de plus en plus d’importance dans sa vie. Vous remarquerez peut-être même des comportements de drame surjoué et des changements d’humeur soudains. En tant que parents, votre plus grand défi est de trouver l’équilibre entre l’imposition de limites et de laisser à votre ado suffisamment d’espace pour s’épanouir. Voici quelques conseils pour marcher sur la corde raide de l’adolescence.

Parlez tôt et souvent à votre enfant
Répondez simplement à ses questions du mieux possible, sans toutefois le submerger d’informations. Si vous n’avez pas la réponse, un ami de confiance, un membre de la famille ou un médecin pourra peut-être s’avérer de bons conseils. Posez à votre ado les questions qui vous taraudent au sujet des changements émotionnels ou physiques et pourquoi. Vous avez probablement vos propres histoires qui valent la peine d’être racontées et sur lesquelles ils pourront s’appuyer. Si votre enfant doute au sujet de la pandémie et sur les conséquences qu’elle aura sur son avenir, expliquez-lui que s’inquiéter est tout à fait normal et que passer à travers des moments difficiles est un moyen de se renforcer. Soyez honnête avec lui, commencez à lui parler très tôt et gardez les voies de communication ouvertes.

Préparez votre ado en n’évitant pas les conversations difficiles
Votre ado fera des expériences dès qu’il atteindra la période de transition préalable à l’entrée dans l’âge adulte, c’est inévitable et cela peut signifier des comportements à risque. Abordez ensemble des sujets difficiles avant qu’il ne rencontre ces problèmes, il sera ainsi mieux préparé et pourra prendre des décisions responsables s’il se retrouve en de telles situations. On tire parfois les meilleures leçons d’une discussion ouverte, alors ne faites pas des réponses en un seul mot. Il est important d’expliquer les valeurs familiales, et les raisons pour lesquelles vous croyez que telle ou telle chose est bien et mal, et il est tout aussi important de laisser votre adolescent exprimer également ses sentiments.

Faites la connaissance des amis de votre enfant et de leurs parents
Tout adolescent vous dira que son groupe d’amis a une influence majeure sur lui, alors vous devez apprendre à connaître ses amis, et si possible faire la connaissance de leurs parents. Plus il y aura d’adultes ayant un œil sur eux, plus il sera facile de surveiller leurs activités. Assurez-vous que les voies de communication restent toujours ouvertes afin de promouvoir la transparence entre parents et enfants.

Laissez-lui un peu d’intimité
Quand vous étiez adolescente, vous ne vouliez probablement pas que vos parents connaissent tous vos faits et gestes. Votre enfant mérite la même intimité quand il ou elle texte, envoie des courriels ou passe un coup de fil, ils n’ont certainement pas envie de partager avec vous en tout temps toutes leurs réflexions ou activités (ce serait d’ailleurs épuisant pour vous deux). Pour des raisons de sécurité, vous devez toujours savoir où vont les adolescents, à quel moment ils reviennent, et avec qui ils sont, mais vous n’avez pas besoin de connaître tous les détails. Votre adolescent peut ne pas vouloir faire avec vous toutes les sorties en famille et c’est bien correct. Encouragez votre adolescent à passer une durée raisonnable de temps en famille, mais ne vous fâchez pas s’il ou elle réclame de l’espace (rappelez-vous comment c’était à son âge). À mesure que votre enfant grandit, vos attentes devront peut-être aussi changer.

Avant de dire non, demandez-vous « est-ce que ça vaut le coup ? "
Peut-être que vous n’êtes pas d’accord ou que vous ne comprenez pas la coiffure de votre adolescent, ses vêtements, ses intérêts, sa musique ou même son obsession des égoportraits. Beaucoup d’enfants cherchent à s’intégrer ou au contraire à se démarquer. C’est le moment où ils explorent leur identité et cherchent de nouvelles façons de s’exprimer, alors vous devez les laisser expérimenter. Gardez vos objections pour les choses qui comptent vraiment. Il y a des moments où vous devrez intervenir, quand ils devront faire face à des problèmes plus graves, mais au bout du compte, le moment viendra où votre enfant va devoir se débrouiller tout seul. C’est donc le moment de lâcher un peu de lest.

Établir des règles et des limites raisonnables
L’heure du coucher changera évidemment à mesure que votre enfant grandira, mais gardez à l’esprit qu’il a besoin d’une quantité suffisante de sommeil. Vous pouvez encore imposer des horaires qui correspondent à ses besoins. Fixer un couvre-feu est une bonne idée pour vous assurer d’un retour à la maison à une certaine heure tous les soirs. Même si, plus que jamais, nous comptons sur la technologie, n’ayez pas peur de fixer des limites au temps passé devant les téléphones, les ordinateurs ou la télévision. Aujourd’hui, l’apprentissage et la communication peuvent se faire exclusivement en ligne, mais cela ne fait que renforcer le besoin d’une activité physique régulière. Pour favoriser un temps en famille de qualité, pensez à de faire de la cuisine une « zone interdite aux appareils " pendant les repas.

Décelez les signes avant-coureurs si votre enfant est en difficulté
Changer au cours de l’adolescence est normal, mais si vous remarquez des changements très soudains dans le comportement de votre ado pendant plus de 6 semaines, cela cache peut-être quelque chose de plus grave. S’il éprouve des difficultés, il peut avoir besoin de l’aide d’un professionnel médical, d’un conseiller ou d’un psychologue. Voici quelques-uns des signes avant-coureurs à surveiller :

  • Changements très importants dans les habitudes de sommeil (trop ou pas assez)
  • Gain ou perte de poids extrême
  • Marques d’intimidation
  • Abandon soudain de ses activités préférées
  • Changements radicaux de la personnalité et des groupes d’amis
  • Expérience de l’alcool, des drogues ou du vapotage
  • Absences de l’école ou mauvaises notes inexplicables
  • Hygiène personnelle totalement lacunaire
  • Changements significatifs d’appétit (refus de certains aliments ou frénésie  pour d’autres)
  • Automutilation (plaisante au sujet du suicide ou en parle)
  • Crises de colère ou introversion extrême
  • Comportement mystérieux (mensonges, cachotteries, etc.)
  • Comportement illicite (vols, altercations physiques, etc.)

On dit qu’être parent est le plus beau et le plus difficile métier au monde, et aider vos enfants à passer le cap de l’adolescence pourrait très bien en être l’expérience la plus complexe. Votre enfant va devoir surmonter des obstacles au long de la route, et vous ne pouvez pas lui tracer une voie sans embûches. Vous pouvez seulement le soutenir et lui apprendre au fur et à mesure qu’il grandit, en lui donnant la confiance dont il a besoin pour prendre le monde à bras le corps et en sortir plus fort.