Se préparer au moment où nos enfants quittent le nid familial

Se préparer au moment où nos enfants quittent le nid familial

Une nouvelle année scolaire commence, et les étudiants quittent à nouveau la ville, peut-être même pour la première fois. Voir son enfant rejoindre les bancs du postsecondaire est l’un des plus grands moments de fierté pour un parent, mais c’est aussi tout un défi émotionnel, surtout s’il n’habite plus le foyer familial. Après des années d’implication directe dans l’éducation de votre enfant, accepter de ne plus le voir tous les jours peut être difficile. Voici quelques conseils pour vous aider lors de cette transition. 

Assurez-vous qu’il est fin prêt.

Même s’il va vous manquer, vous dormirez mieux en sachant que votre enfant a les compétences pratiques nécessaires pour prendre soin de lui. Comme vous ne serez pas là, il devra savoir cuisiner ses propres repas, faire son lavage, et garder un œil sur ses comptes bancaires. Bien sûr, vous pouvez travailler ensemble avant le grand départ pour lui enseigner des compétences qui, vous le savez, lui font défaut, mais rassurez-vous, les enfants sont débrouillards, et une recherche rapide sur Google peut les aider à faire face à des situations inattendues. Et s’il ne s’en sort vraiment pas, il sait qu’il peut toujours vous appeler.

Trouvez un exutoire

En tant que parents bien occupés par leurs enfants, vous avez certainement dû mettre de côté vos centres d’intérêt pour vous concentrer sur le travail et les responsabilités domestiques. Que celui qui quitte le foyer cette année soit votre premier ou votre dernier enfant, vous constaterez probablement que vous avez du temps devant vous à ne plus savoir qu’en faire. C’est le moment ou jamais de vous remettre à vos activités préférées, de suivre un cours, ou de faire des projets avec vos amis ou votre conjoint(e). 

Passez des moments de qualité ensemble

Si possible, réservez des vacances ou un événement spécial à passer ensemble en famille, avant le grand départ. Ce sera l’occasion de vous créer des souvenirs et de profiter du temps passé avec eux. N’oubliez pas que, tout comme vous, votre enfant éprouve probablement des sentiments mitigés, excité par ce que lui réserve l’avenir tout en voulant s’accrocher au passé. Votre intention délibérée de passer du temps à ses côtés le fera se sentir aimé, apprécié et écouté : des sentiments que vous voulez le voir emporter avec lui au moment de partir. 

Restez connecté (dans la limite du raisonnable)

Grâce aux courriels, aux téléphones intelligents et à la messagerie instantanée, garder le contact n’a jamais été aussi facile. Mais attention de ne pas tomber dans l’excès d’un appel au moindre prétexte. N’oubliez pas que votre enfant a beaucoup à faire, dans un nouvel endroit, avec de nouveaux amis, de nouvelles habitudes et dans un nouvel établissement. Prévoyez un appel à heures fixes, en lui laissant le champ libre pour s’accoutumer à tous ces changements, tout en lui faisant comprendre que vous serez toujours là. Vous constaterez peut-être même que votre enfant vous appelle plus souvent que vous ne le pensez : on voit très souvent aujourd’hui de jeunes adultes texter leurs parents pour leur donner des nouvelles.

Exprimez-vous

Si vous avez du mal à vous adapter, n’hésitez pas à en parler à un ami, un proche ou un professionnel pour exprimer ce que vous ressentez. C’est normal de perdre pied lors d’un changement radical comme celui-ci, mais si vous sentez que cela joue sur votre humeur et votre fonctionnement au quotidien, il est probablement temps de vous rapprocher de quelqu’un qui pourra vous aider. Vous ne devez pas vous débattre seul(e) dans votre coin !  

Même si septembre marque dans votre vie le début d’une transition à laquelle vous n’étiez pas prêt(e), gardez à l’esprit que votre relation avec votre enfant ne s’arrête pas là, c’est juste un changement, une phase, qui vous apportera à tous deux des joies inattendues.