Comment aider votre enfant à réussir la transition de cette rentrée scolaire ?

Comment aider votre enfant à réussir la transition de cette rentrée scolaire ?

Partout au Canada, les enfants reviendront peu ou prou en milieu scolaire cet automne, ceci après avoir été longtemps éloigné d’une salle de classe normale. Même si toutes les familles éprouvent plus ou moins d’anxiété à l’idée de passer le cap de la rentrée scolaire, chacune d’entre elles devra cette année relever des défis sans précédent en s’adaptant à une « nouvelle normalité " et en se demandant certainement quelle incidence l’expérience de ces derniers mois aura sur l’apprentissage et la santé.

Ce mois-ci, La Première financière du savoir s’appuiera sur des entretiens avec des experts venus de tout le Canada qui nous prêtent main-forte en nous donnant leur point de vue de spécialiste sur la rentrée scolaire la plus inhabituelle jusqu’à ce jour.

Nous nous entretenons d’abord avec la docteure Anna Richter, psychologue clinicienne basée dans les Maritimes et qui est spécialisée dans le traitement des enfants et adolescents. Dre Richter a travaillé auparavant pour des commissions scolaires en Ontario et en Nouvelle-Écosse et s’occupe souvent d’enfants présentant des troubles de l’apprentissage.

LPFS : Dre Richter, à quoi les parents doivent-ils s’attendre lors du retour de leurs enfants dans un milieu scolaire structuré, après tant de mois loin de l’école ?

Dre Richter : Tout comme les adultes peuvent ressentir du stress à des degrés divers lorsqu’ils retournent au travail après avoir travaillé à domicile, les enfants éprouveront des niveaux de stress différents à la rentrée. Chaque enfant subit le stress de façon différente et les parents sont les mieux placés pour surveiller le leur et détecter des signes de stress, car ce sont eux qui le connaissent le mieux. Les enfants auront besoin d’un temps d’adaptation en revenant dans un environnement scolaire structuré.

Les signes de stress chez les enfants peuvent aller des maux d’estomac ou autres troubles physiques (après avoir exclu les problèmes de santé physique), à un changement des habitudes de sommeil ou alimentaires (cela peut être une augmentation ou une diminution), en passant par de l’irritabilité ou un besoin accru d’être rassuré.

LPFS : Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à se préparer efficacement à cette rentrée scolaire et favoriser ainsi leur apprentissage ?

Dre Richter : Arriver à l’école bien reposé est essentiel pour favoriser l’apprentissage des enfants. Les enfants restent souvent éveillés plus tard et dorment plus longtemps le matin les mois d’été. La rentrée approchant, les parents peuvent essayer de décaler les heures de sommeil de leur enfant pour le préparer à se réveiller plus tôt quand l’école aura commencé. Les parents peuvent également trouver des occasions de mettre en pratique les compétences scolaires pendant le restant de l’été, de façon détendue et ludique. Faire rédiger par exemple aux enfants la liste d’épicerie ou une lettre aux grands-parents peut favoriser les compétences linguistiques et en orthographe. Les parents peuvent demander à l’école de leur enfant si elle propose un accès à des applications éducatives utilisables pendant les mois d’été.

LPFS : Pour les élèves ayant des troubles d’apprentissage, comment cet intervalle loin de l’école les a-t-elle touchés différemment ?

Dre Richter : Les enfants ayant des troubles d’apprentissage représentent un groupe varié d’élèves. Tandis que certains enfants connaîtront une transition sans heurts lors de leur retour en classe, d’autres auront des difficultés. Les enfants ayant des troubles d’apprentissage peuvent avoir éprouvé davantage de difficultés que leurs camarades à suivre le rythme de l’apprentissage autonome et virtuel pendant la pandémie, et peuvent par conséquent ressentir du stress par anticipation à l’idée de la rentrée. Les enfants qui présentent des troubles d’apprentissage peuvent nécessiter et/ou recevoir un soutien individuel de l’enseignant et, selon que ce type d’enseignement leur a été offert ou non, peuvent avoir trouvé l’apprentissage à la maison particulièrement difficile. Comme chaque enfant a une situation particulière, communiquer avec son équipe scolaire peut faciliter la transition. Par exemple, si votre enfant bénéficie habituellement d’une technologie fonctionnelle comme la vérification orthographique ou la reconnaissance automatique de la parole sur un ordinateur, demandez si cela se poursuivra à l’automne.

LPFS : Quelles sont les ressources susceptibles de répondre aux besoins spécifiques des parents dont les enfants présentent des troubles d’apprentissage ? Surtout pendant la transition de la rentrée scolaire.

Dre Richter : Les enfants ayant des troubles d’apprentissage sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de santé mentale comme l’anxiété et la dépression que leurs camarades. Je recommande aux parents de demander l’aide d’un professionnel de la santé, comme le médecin de famille ou le pédiatre de leur enfant.

Voici quelques sites Web utiles :

understood.org : Ce site propose une formidable section de ressources pour la rentrée scolaire 2020 adaptée à tous les parents, mais elle met l’accent en particulier sur les besoins des enfants ayant des troubles d’apprentissage

LDathome.ca : ce site Web a été conçu pour aider les ménages de l’Ontario concernés par les troubles d’apprentissage (DA) en leur apportant des ressources.

LPFS : Nous remercions la docteure Richter pour ses précieux renseignements concernant la transition de la rentrée scolaire qui vient !

Au fur et à mesure que les familles canadiennes entameront leur parcours de la rentrée scolaire 2020, La Première financière du savoir continuera de leur fournir des informations, du soutien et des ressources structurées, tant aux parents qu’à leurs enfants. Nous sommes tous dans le même bateau, nos communautés s’efforçant de naviguer prudemment pour une rentrée scolaire en toute sécurité et en bonne santé.

BIO :

annarichter.png

Dre Anna Richter
Psychologue clinicienne

La docteure Richter est spécialisée dans le traitement des enfants et des adolescents.
Elle a travaillé auparavant pour des commissions scolaires en Ontario et en Nouvelle-Écosse et s’occupe souvent d’enfants présentant des troubles de l’apprentissage.