Student Hub  • Prendre le changement à bras le corps à l’école

Prendre le changement à bras le corps à l’école

Prendre le changement à bras le corps à l’école

par Ansia

Pendant mes deux dernières années de secondaire, on n’a cessé de me répéter : « Travaille fort maintenant et tu l’auras facile, une fois rendue à l’université " ou « L’université, ce sera les meilleures années de ta vie ". 

Même si ces déclarations détiennent un peu de vérité, j’ai fait l’erreur de les suivre aveuglément. 

Quand je suis entrée à l’université, j’étais peu disposée à apprendre et j’ai fait le strict minimum. Cela, jusqu’à ce que la fin du premier semestre me ramène à la dure réalité. Je n’avais pas de bonnes notes, je ne me faisais pas d’amis et je ne participais à aucun évènement sur le campus parce que, et bien, je suivais le conseil des autres et j’en faisais le moins possible. 

J’avais passé tout mon semestre à essayer de me « reposer " en ne faisant aucun effort pour m’impliquer. Je n’ai pas vraiment essayé de créer des liens avec mes camarades, d’apprendre le cours ou de poser des questions quand il le fallait. 

Pour cette raison, j’avais l’impression d’être laissée pour compte, pendant que tout le monde autour de moi s’épanouissait et créait des liens pour la vie.  

Déterminée à renverser la situation, je me suis donné pour mission de tirer le meilleur parti possible de l’expérience universitaire au deuxième semestre.

J’ai fait une sélection des clubs qui m’intéressaient vraiment et j’y suis allée. J’ai participé à des groupes d’étude pour rencontrer des gens et j’ai posé des questions quand je ne comprenais pas. Grâce à ça, j’ai pu m’améliorer et profiter de ce qui restait de ma première année. 

Mais c’est parce que j’étais ouverte au changement.  

Si vous voulez savoir, c’est la leçon la plus précieuse que j’ai apprise à l’époque : peu importe la nouveauté, n’oubliez jamais de profiter de chaque instant et d’en tirer le meilleur parti.

Être ouvert à l’apprentissage en milieu de travail

Ayant récemment décroché mon diplôme, je suis à présente dans le grand bain du monde du travail, et je ne vais pas vous mentir : c’est définitivement plus intimidant. 

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre alors, ni comment j’allais être traitée, s’ils allaient me voir comme un fardeau et si j’allais pouvoir réellement apporter quelque chose.

Avec toutes ces questions qui me traversaient l’esprit, j’ai trouvé important de me rappeler que je n’aurais pas été embauchée si je n’avais pas apporté quelque chose d’unique et d’intéressant.  

En mettant de côté mes doutes sur moi-même et en m’assurant d’être pleinement impliquée, non seulement j’ai profité de l’expérience, mais j’ai également créé quelque chose dont moi et l’entreprise pouvons être fiers. 

Rappelez-vous simplement que s’impliquer, c’est en partie être ouvert à l’apprentissage. La plupart des tâches auxquelles vous serez confronté dans le monde réel ne nécessitent peut-être pas vos compétences actuelles, mais ce n’est pas grave. Il suffit d’être ouvert au processus d’apprentissage. 

Lorsque quelqu’un vous demande si vous voulez vous lancer dans une tâche qui vous intéresse vraiment, mais dont vous n’avez pas les compétences, ne la rejetez pas immédiatement : dites oui ! 

Commencez par dire que vous aurez peut-être besoin d’une formation ou de consignes. Vous constaterez la plupart du temps que les gens sont toujours disposés à vous enseigner ce qui vous fait défaut pour exceller, et vous pourrez même apporter vos compétences réelles par la suite, pour vous approprier la tâche !

En étant ouvert à l’apprentissage, vous consolidez non seulement vos propres connaissances et compétences, mais vous aidez aussi indubitablement ceux qui vous entourent.