Student Hub  • Planifier une année sabbatique au Canada en tant que bénévole

Planifier une année sabbatique au Canada en tant que bénévole

Planifier une année sabbatique au Canada en tant que bénévole

Tandis que certains étudiants retournent à l’école cet automne, d’autres ont décidé de prendre une autre voie : celle d’une année sabbatique. Une année sabbatique donne l’occasion de développer de nombreuses compétences, tout en générant des souvenirs qui dureront toute la vie. De nombreux étudiants ont décidé de consolider leur expérience et leur CV grâce au bénévolat.

Tandis qu’un nouveau semestre va commencer, La Première financière du savoir s’appuie sur des entretiens avec des experts venus de tout le Canada qui nous transmettent leur expertise au sujet du parcours qui s’annonce pour cette rentrée scolaire « pas comme les autres ". Nous nous entretenons maintenant avec Michelle Dittmer, qui est à la tête de la « Canadian Gap Year Association " (l’Association canadienne de l’année sabbatique). Elle partage avec nous quelques considérations sur les gens qui, comme vous si vous envisagez de passer du temps loin des études postsecondaires, prennent une année sabbatique.

LPFS : Quels sont les éléments clés d’une année sabbatique réussie pour la majorité des étudiants ?

L’important pour réussir une année sabbatique, c’est de savoir quels sont vos objectifs : chaque année sabbatique est unique et, pour qu’elle soit utile et vaille la peine, vous devez avoir changé en tant qu’individu quand elle prendra fin. Une fois les objectifs connus, les meilleures années sabbatiques peuvent être des postes rémunérés ou bénévoles, ils permettent de créer des liens avec des mentors et des guides, et de travailler sur des projets passionnants à grande échelle qui vous permettent d’atteindre vos propres objectifs.

LPFS : Quand on parle d’année sabbatique, la plupart des étudiants pensent à voyager, mais cela pourrait être compromis cette année ! Quelles autres options sont possibles ?

Les voyages internationaux ne sont pas envisageables dans l’immédiat, en raison de la pandémie. Ceux qui ont la bougeotte peuvent toujours commencer à planifier un futur voyage à l’étranger ou se contenter de visiter le Canada. En dehors des voyages, certains souhaitent démarrer leur entreprise pendant leur année sabbatique (on pense à l’entretien des pelouses, à la garde d’enfants, la vente de créations artistiques, au développement Web, etc.), d’autres veulent apprendre une langue, explorer différentes options de carrière et passer du temps à améliorer leur santé physique et mentale.

LPFS : Si on pense en particulier au bénévolat, dans quelle mesure est-il populaire en tant qu’expérience pendant une année sabbatique au Canada ?

La grande majorité des jeunes gens feront du bénévolat au cours de leur année sabbatique. Ils se rapprochent de leur réseau immédiat (groupes communautaires, groupes confessionnels, etc.), avec des postes ciblés sur des publics spécifiques (personnes âgées, enfants, animaux, sans-abri, etc.), ou de mouvements internationaux plus importants (lutte contre le racisme et « Black Lives Matter ", action pour le climat, etc.).

LPFS : Quels sont les avantages du bénévolat pendant une année sabbatique plutôt que d’essayer de trouver du travail ou un stage ?

Le bénévolat n’est pas la même chose que le travail non rémunéré, mais plutôt une façon d’intensifier et de mettre votre temps, vos compétences et vos talents au service d’un projet auquel vous croyez. Souvent, les bénévoles assument des tâches au-delà de leurs compétences officielles ou de leur expérience, ce qui leur permet d’accroître leurs compétences, d’explorer de nouvelles options de carrière et d’accéder à un réseau plus vaste qui est normalement inaccessible avec des postes rémunérés.

Par exemple, s’il fait du bénévolat auprès du comité de planification d’un festival, un étudiant bénévole peut se voir confier la direction des activités de marketing, là où l’obtention d’un stage de marketing pourrait fournir la même formation, une formation officielle en marketing pourrait vous être demandée ici.

Pendant une année sabbatique, vous avez plus de temps pour vous engager auprès d’organisations et vous êtes disponible pendant les heures qui sont généralement prises par l’école, ce qui signifie que vous serez en mesure de prendre en charge des projets plus vastes et de communiquer avec un groupe plus diversifié et intergénérationnel de bénévoles, cela vous aidera sans aucun doute pour votre carrière et votre développement personnel.

Vous aurez également plus de chances de pouvoir créer votre propre poste. Vous êtes doué en conception Web ? Allez prêter main-forte à une petite entreprise locale en difficulté en raison de la COVID-19. Vous êtes doué en photographie ou en montage vidéo ? Trouvez un organisme de bienfaisance local et voyez si vous pouvez créer pour lui du matériel de marketing. Vous avez une voiture ? Aidez vos voisins âgés en leur apportant leur épicerie. Il n’est pas nécessaire qu’un poste soit ouvert pour être bénévole : soyez créatif sur ce que vous avez à offrir en ce moment !

LPFS : Quelles sont les premières mesures qu’un étudiant doit prendre s’il recherche des possibilités de bénévolat au cours de son année sabbatique ?

Tout comme vous établissez des objectifs pour votre année sabbatique, vous devez commencer par savoir quel type d’expérience vous recherchez et à quels problèmes vous voulez vous attaquer. Trouver votre passion et connaître le type d’expérience que vous recherchez vous permettra d’affiner votre recherche et vous serez plus susceptible de profiter de votre expérience de bénévolat.

Une fois que vous savez ce que vous cherchez, trouvez les coordonnées de votre centre de bénévolat local. Ils sont tous répertoriés sur le site volunteer.ca. Vous pouvez également trouver des opportunités nationales répertoriées sur le même site.

N’oubliez pas de demander dans votre propre réseau. Beaucoup d’opportunités ne sont jamais répertoriées, alors informez les gens de ce que vous recherchez. Parlez-en autour du barbecue en famille ou publiez-le sur les médias sociaux : quelqu’un est toujours au courant de quelque chose qui peut vous correspondre.

LPFS : Y a-t-il une liste de contrôle ou des critères dont les étudiants doivent tenir compte lorsqu’ils évaluent une expérience ou un organisme de bénévolat ?

  • Bénévoles Canada est une mine d’or pour trouver le poste le mieux adapté. Ce PDF est un excellent outil pour trouver et évaluer les opportunités de bénévolat.
  • Pour ce qui concerne l’année sabbatique, vous devez surveiller de près :
    • L’investissement en temps : les horaires correspondent-ils au temps que vous souhaitez consacrer à cette organisation en tant que bénévole ?
    • Prendre du bon temps : appréciez-vous le genre de personnes auprès desquelles vous serez bénévole ? Le secteur d’activité vous intéresse-t-il ? Serez-vous enclin à continuer ?
    • Développement personnel : réfléchissez à ce que vous apprendrez sur vous-même et sur le monde. Réfléchissez aux compétences que vous développerez en participant. Cela correspond-il aux objectifs de votre année sabbatique ?

LPFS : Nous remercions Michelle pour ses précieux renseignements sur les années sabbatiques et le bénévolat !

Au fur et à mesure que les familles canadiennes entameront leur parcours de la rentrée scolaire, La Première financière du savoir leur fournira des informations, du soutien et des ressources structurées, tant aux parents qu’à leurs enfants. Nous sommes tous dans le même bateau, nos communautés s’efforçent de naviguer prudemment pour une rentrée scolaire en toute sécurité et en bonne santé.

BIO :

michelledittmer.pngMichelle est éducatrice et militante pour la jeunesse, elle a enseigné de la 4e année jusqu’au collège, élaboré des programmes internationaux d’apprentissage, entretenu des partenariats éducatifs avec des commissions scolaires partout au pays, et élaboré des politiques pour les jeunes. En étant très au fait des besoins des jeunes apprenants, en combinant leur besoin d’apprentissage expérientiel et en développant des pratiques réflectives et axées sur les valeurs, elle a fondé la Canadian Gap Year Association afin de rehausser l’image de l’année sabbatique comme solution pour la santé mentale, le manque de clarté et les écarts de compétence. En savoir plus : www.cangap.ca.